Observatoire des collèges

Collège : des nouveautés entre transition et précipitation

Après le vote de la loi d’orientation, l’année 2013-14 sera une année de transition pour le collège, comme l’indique la circulaire de rentrée. Pour autant, un certain nombre de mesures s’appliquent dès la rentrée.

- un conseil école/collège doit être mis en place « progressivement au cours de l’année » ; un programme d’actions y sera élaboré, qui devra être soumis au CA, pour une mise en œuvre à la rentrée 2014.
- le PDMF laissera place au « parcours d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » censé permettre aux élèves de construire progressivement, sur l’ensemble de leur scolarité, un projet d’orientation.
- si le DNB reste inchangé cette année, « une nouvelle version simplifiée » du LPC est annoncée, alors que personne ne le soutient plus et que sa suppression était attendue par la profession.
- les évaluations en fin de 5ème continueront cette année – mais « exclusivement pour les collèges qui le souhaitent ».
- le « dispositif d’initiation aux métiers en alternance » (Dima) ne concernera plus les élèves qui n’ont pas 15 ans révolus.
- les programmes de collèges devraient être mis en chantier par le Conseil Supérieur des Programmes dès son installation. Le SNES portera ses propositions d’aménagement, voire de refonte de certains programmes et des épreuves du DNB.
http://www.snes.edu/IMG/pdf/Appelprogrammesscolaires.pdf

Le SNES déplore l’absence d’une réelle concertation concernant les textes d’application de la Loi (conseil école collège, cycle CM1 CM2 6ème notamment)

DANGER POUR NOS MISSIONS ET NOS MÉTIERS

Les textes concernant l’articulation premier degré/second degré, présentés au Conseil supérieur de l’Éducation (CSE), ont été publiés fin juillet. Prônant la cohérence d’un second degré allant de la Sixième à la Terminale et structuré par les enseignements disciplinaires, le SNES-FSU refuse la logique qui les inspire et appelle les personnels à s’investir dans les établissements
pour faire échec aux conséquences que cette logique, si elle était mise en œuvre, aurait sur nos missions et nos métiers, et sur la qualité de la formation pour les jeunes.

ÉCOLES DU SOCLE : TOUT DANGER N’EST PAS ÉCARTÉ

Les textes d’application de la loi dite de refondation publiés cet été inscrivent le collège dans une direction inacceptable avec la définition d’un cycle CM1-CM2-Sixième, que la loi n’impose pas (voir p. 3), et le nouveau conseil
école/collège.

Conseil école-collège
Cette nouvelle instance, présidée conjointement par le principal et l’inspecteur de l’Éducation nationale, se réunit au moins deux fois par an et doit établir un « programme d’actions » qui peut proposer « des enseignements et des projets communs », et même « des échanges de pratiques et d’enseignants » entre le collège et les écoles de son secteur. De plus, les personnels représentant le collège sont désignés par le chef d’établissement via le conseil pédagogique – dont les membres sont
désignés eux aussi par le principal.

Ce conseil risque bien de ne devenir qu’une hiérarchie intermédiaire pesante et sans aucune efficacité au regard des enjeux. Et quelle est la pertinence de l’échange de service entre enseignants des premier et second degrés ? De telles mesures laissent ouvert le risque d’une mise en place progressive de l’École du Socle fondant dans une même entité premier degré et collège. Un tel continuum structurel dénaturerait le collège avec des effets majeurs sur les conditions de service des personnels.

Le SNES-FSU appelle les collègues à refuser toute précipitation dans la mise en place de ce conseil, et à exiger qu’une réflexion préalable soit menée dans les établissements.

Le texte conseil école-collège publié au JO du 28 juillet

Les cycles
La loi prévoyant dans son annexe la création « d’un cycle associant le CM2 et la classe de sixième », le ministère a présenté au CSE un arrêté découpant la scolarité obligatoire (du CP à la Troisième) en cycles de trois ans, qui isole la Sixième dans le collège et place la classe de Troisième comme fin d’un cycle commençant en Cinquième. Le SNES-FSU a voté contre la création d’un cycle CM1/CM2/Sixième qui va au-delà de ce qu’annonçait la loi et définit de fait la classe de Sixième comme la fin de l’école élémentaire et non comme le début du second degré.

Sans vraiment apporter de réponse crédible au problème des élèves qui arrivent au collège en grande difficulté scolaire et souvent sociale, ce cycle peut avoir des conséquences importantes sur nos statuts et nos conditions de service : tentative d’imposer des formes de polyvalence, échange contraint de service entre enseignants des deux degrés d’enseignement.

L’articulation collège/lycée est par ailleurs totalement occultée et le SNES-FSU ne peut accepter cette vision du système éducatif qui, à l’encontre de la réalité sociale et des enjeux en terme de formation initiale des jeunes, fait coïncider collège et fin de scolarité obligatoire.

Le texte a été publié au JO et il prévoit une mise en œuvre progressive : rentrée 2015 pour le CM1 et la Cinquième, rentrée 2017 pour la Sixième et la Troisième, classes de fin de cycle.

Le décret cycles publié au JO du 28 juillet

Autres articles de la rubrique Observatoire des collèges

  • Réforme assouplie, mais vers l’autonomie...
    L’arrivée du nouveau ministre s’est accompagnée d’une révision d’urgence du texte de l’arrêté du 19 mai 2015, signé au lendemain d’une grève majoritaire, qui fonde la réforme du collège. Il faut voir dans... Lire la suite (18 juin)
  • Réforme du collège : assouplissement à double tranchant
    L’arrêté modifiant la mise en œuvre de la réforme du collège a été longuement étudié au Conseil supérieur de l’éducation du 8 juin et a reçu un avis consultatif négatif. Cette réouverture des discussions est... Lire la suite (8 juin)
  • Collège : assouplissement, oui mais...
    Le SNES-FSU demandait depuis des mois l’ouverture de discussions conduisant à l’abrogation de la réforme de 2016 au profit d’une autre réforme du collège. Un projet d’arrêté a été envoyé aux... Lire la suite (31 mai)
  • DNB 2017 : épreuve orale de soutenance de projet
    Cette nouvelle épreuve pose de multiples problèmes aux équipes dans les établissements, du point de vue de son contenu, de son évaluation, de la rémunération des jurys. Voici un rappel des textes, une... Lire la suite (9 juin)
  • Agir au 3ème trimestre
    Positionnement des élèves sur les domaines du socle, grille locale concernant l’évaluation de l’oral du DNB, le troisième trimestre sera l’occasion de nouvelles tensions, de nouvelles réunions… Perte de... Lire la suite (10 avril)