Éditos

Le choix de l’affrontement

En quittant les discussions sur le projet ministériel de réforme du collège, le SNES-FSU entendait marquer le refus exprimé par la grande majorité des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation des axes de ce projet. Il a demandé, avec l’intersyndicale du second degré qui représente 80% des personnels, la reprise des discussions sur d’autres bases.

Le silence de la Ministre au Conseil supérieur de l’éducation sur les questions que nous avons posées et son absence de réponse à notre demande de permettre l’expression des personnels sur un projet qui touche au cœur de leurs métiers indiquent-ils le choix de l’affrontement ?

On peut espérer que la Ministre saura résister aux éternels fossoyeurs du second degré qui font semblant publiquement de défendre les disciplines scolaires et qu’elle tiendra son engagement de ne pas réformer le collège contre les personnels.

De son côté, le SNES-FSU est résolu, y compris par un appel à la grève au retour des congés de printemps, à ne pas laisser les collèges devenir autant d’entités autonomes aux mains d’une armée de petits chefs.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Sortie du bois
    La figure « jupitérienne » s’est vite transformée en une incarnation beaucoup plus prosaïque du libéralisme. « L’été budgétaire » du gouvernement n’a laissé aucun doute sur son orientation. À l’avalanche de... Lire la suite (31 août)
  • Feuille de route
    Le Premier ministre entend « rénover notre modèle social »... Vaste programme qui pourrait susciter l’adhésion si l’objectif était de réformer une société minée par les inégalités et dure pour toute une... Lire la suite (1er juillet)
  • Dialogue sur ordonnances
    Une cinquantaine de groupes de travail prévus sur le projet de loi réformant le code du travail, des audiences tous azimuts accordées aux organisations syndicales, des concertations prévues sur tous... Lire la suite (14 juin)
  • Délibérément libéral
    La révélation de la composition du nouvel exécutif ne déroge pas à la démarche promue par Emmanuel Macron. Bien sûr, le subtil équilibre est respecté entre soutiens de divers bords, présence de la société... Lire la suite (20 mai)
  • Après la présidentielle, la mobilisation continue
    Les résultats de l’élection présidentielle connus, le paysage politique n’en est pas pour autant plus facile à lire et les sentiments sont donc forcément mêlés. D’abord, le soulagement domine bien sûr... Lire la suite (10 mai)