Le Comité Syndical Européen de l’Education (CSEE)

Revaloriser les métiers du second degré : une urgence en France

Le SNES-FSU, réuni en Conseil National les 9 et 10 septembre, s’est prononcé pour que la question de la revalorisation des personnels du second degré, essentielle pour l’attractivité soit un axe fort de l’action du syndicat dans les semaines et mois qui viennent.

Revalorisation en termes de salaires et de conditions de travail pour l’ensemble des personnels. Que l’OCDE reprenne une revendication du SNES-FSU montre à quel point la crise de recrutement dans le second degré est profonde.

Les raisons de cette crise sont connues : manque d’attractivité salariale dès l’entrée dans le métier, organisation catastrophique de l’année de stage après réussite aux concours de recrutement, conditions de travail aggravées dans nombre d’établissements par les méthodes de gestion des collèges et lycées qui restent empreintes d’un esprit « managérial ».

Les conséquences en sont encore visibles à cette rentrée : postes non pourvus, utilisation de tous les moyens de remplacement, pression exercée sur les enseignants pour qu’ils acceptent de faire des heures supplémentaires et hausse des effectifs des classes.

Le SNES-FSU inscrit son action dans le cadre de la campagne du CSEE et de l’IE pour une éducation publique de qualité en Europe. Il considère que la réussite des élèves est liée à la situation et aux conditions d’exercice des enseignants.

Le SNES-FSU va participer à l’initiative du CSEE le 22 septembre à Bruxelles sur l’avenir de la profession enseignante en Europe. Il contribuera également aux débats organisés par l’IE à l’UNESCO les 6 et 7 octobre dans le cadre de la Journée mondiale des enseignants.

Salaires et conditions de travail, oui il est urgent de revaloriser !

Autres articles de la rubrique Le Comité Syndical Européen de l’Education (CSEE)