Forum social mondial

Forum Social Mondial - DAKAR 2011 Quelles solutions à la crise des systèmes éducatifs en Afrique francophone ?

Le SNES-FSU, partie-prenante du processus des forums sociaux depuis l’origine, actif au sein du CSFEF1, et initiateur de plusieurs programmes de coopération en Afrique francophone2, a souhaité réunir dans un séminaire des représentants syndicaux de plusieurs pays d’Afrique francophone afin de rechercher des solutions aux crises persistantes des systèmes éducatifs de ces pays.

Une crise mondiale

Dans un contexte de mondialisation, l’Afrique n’a pas échappé aux différentes crises et notamment à la crise financière et économique de 2008. Les « émeutes de la faim » (US-mag du 23 avril 20083) en ont été une illustration.

Une crise identitaire

Pour Waly N’Diaye, secrétaire général adjoint du SUDES (Sénégal), la cause la plus lointaine de la crise des systèmes éducatifs africains est identitaire : « l’Ecole a été imposée par le colonisateur sans tenir compte de l’environnement socio-culturel. Sa mission première était utilitariste, fonctionnaliste. Cette Ecole a été une greffe dans le tissu social. Après les indépendances, l’Ecole n’a pas véritablement changé d’orientation ; les produits de cette Ecole ont été en rupture avec leur société ». Pour plusieurs intervenants, l’enseignement en langue française, notamment au moment de l’apprentissage de la lecture, est générateur d’échec. En effet, les parents sont souvent incapables d’aider leurs enfants, puisque par exemple moins de 5% des sénégalais parlent et écrivent correctement le français. Ces intervenants plébiscitent une introduction progressive de la langue française au cours de la scolarité en complément de la langue maternelle ; cela a été expérimenté dès les années 70 dans certains pays, et est organisé par exemple au Mali. Le « bilinguisme stratégique » mis en place en Afrique orientale anglophone semble d’ailleurs donner de bons résultats.

Une crise de financement

Dans un contexte de crise économique et financière, certains gouvernements africains commencent par diminuer la part de l’Education dans le budget de l’Etat. « En République Démocratique du Congo, la part de l’Education n’est plus que de 6%, contre 30% au moment de l’Indépendance », souligne Jean-Pierre Kimbuya, Secrétaire Général du SYECO. Au Niger, « cette part n’est que de 9%, contre un objectif affiché de 20% », déplore Gaya Garka, Secrétaire Général du SNEN. Au Burkina-Faso, le taux est actuellement de 13%.

Devant le manque de moyens, la participation des familles a souvent été sollicitée, sous l’impulsion de la Banque Mondiale. Au Niger, les parents contribuent non seulement à la construction et à l’entretien des infrastructures, mais également aux fournitures scolaires. Du coup, nombreux sont les parents qui gardent leurs enfants à la maison. En RDC, la « motivation » (cf. US Mag n°682 du 8 juin 20094), participation financière imposée aux parents, a eu des effets dramatiques : déscolarisation massive, notamment des filles, et augmentation de la délinquance. Cette sollicitation des familles génère également de la corruption, comme le souligne Joseph Zongo, du SNEA-B, certains parents payant pour que leur enfant obtienne un diplôme.

Une crise des vocations

Depuis des années, les institutions internationales (Fonds Monétaire International, Banque Mondiale), ont conditionné certaines aides au développent de l’emploi précaire dans l’Education. Au Niger, de nombreux contractuels enseignent, faute de mieux, et quittent leur poste dès qu’ils trouvent un emploi mieux rémunéré : « dans certaines écoles, il n’y a plus d’enseignants car tous sont partis », explique Gaya Garka. A tel point que le gouvernement partage l’avis des syndicats sur le bilan de la contractualisation ; un programme de formation des enseignants contractuels a été élaboré. La formation des enseignants, et notamment des contractuels, est partout insuffisante, puisque nombre d’entre eux n’ont que le niveau Brevet. La qualité de l’Education est un chantier que l’ensemble des syndicats appelle à ouvrir.

La question de la revalorisation de la fonction enseignante est posée : comment attirer davantage de diplômés, lorsque les salaires et les primes sont bien inférieurs à ceux d’autres salariés, comme dans la police ou l’armée ?

Une massification mal planifiée

Parmi les Objectifs du Millénaire pour le Développement figurait la hausse de la scolarisation dans le primaire. Cet objectif a été partiellement atteint, puisque le taux de scolarisation est par exemple passé de 40 à 70% au Niger. Du coup, dans de nombreux pays, le second degré est incapable de faire face à l’afflux d’élèves. Les effectifs pléthoriques, les conditions d’enseignement désastreuses font grimper les taux d’abandon.

Le rôle des syndicats

Le morcellement syndical est un véritable fléau dans les pays d’Afrique francophone. Certains syndicats, très proches du pouvoir en place, ne comptent qu’une poignée d’adhérents. Le Niger compte par exemple 50 syndicats d’enseignants !

Pour Jean-Pierre Kimbuya, Secrétaire général du SYECO, « la solution réside dans un syndicalisme de lutte […]. Le syndicalisme francophone doit être un véritable contre-pouvoir, en s’appuyant sur les acteurs de la société civile. De plus, les syndicats doivent devenir autonomes : l’aide reçue sert avant tout à tuer l’aide ».

Les syndicats présents à ce séminaire ont décidé de s’organiser en réseau afin d’échanger des informations sur les réformes, l’évolution des systèmes éducatifs, les ripostes syndicales. La réflexion de chacun doit continuer à se nourrir des expériences des autres pays, pour aller vers une éducation de qualité, gratuite, pour tous les enfants. C’est un besoin urgent pour l’Afrique, tant « l’Education est la capacité à comprendre le milieu et à agir dessus », comme le souligne Waly N’Diaye.

Florian LASCROUX – florian.lascroux@snes.edu

1 Comité Syndical Francophone de l’Education et de la Formation

2 Burkina-Faso, Tchad, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Burundi, Togo, Cameroun, Bénin, Mauritanie

3 https://www.snes.edu/IMG/pdf/US_MAG_665.pdf

4 https://www.snes.edu/IMG/pdf/US_MAG_682_BD.pdf
Logo : http://a34.idata.over-blog.com/300x218/2/19/68/00/societe-civile-suite-4/societe-civile-forum-social-mondial-FSM_Dakar_2011.jpg

Autres articles de la rubrique Forum social mondial