PECO (Pays d’Europe Centrale et Orientale)

Le SNES et le SEB organisent un forum sur les conditions de travail et des salaires des enseignants Dans le cadre de la journée mondiale de l’IE du 5 octobre avec la participation du secrétaire général du CSEE

Dans le cadre de leurs activités de coopération et de solidarité au sein du CSEE et de l’Internationale de l’Education, le SEB (Bulgarie) et le SNES-FSU (France) avec la participation du Secrétaire Général du CSEE ont choisi le thème des conditions de travail et des salaires des enseignants en Europe centrale et orientale afin de réfléchir aux stratégies que les syndicats enseignants ont à mettre en œuvre dans le contexte actuel de crise économique et financière.

Une telle initiative fait partie intégrante de la Journée Mondiale des Enseignants qui met l’accent, cette année, sur le rôle-clé des enseignants et éducateurs et le besoin d’investir davantage dans l’éducation et la formation.

Après avoir entendu les rapports des représentants de Bulgarie, Hongrie, Lettonie, Macédoine, Pologne, Roumanie et Serbie, le Forum syndical a formulé les conclusions et exigences suivantes :

1 Les gouvernements nationaux des pays de l’UE et hors UE ne doivent pas se contenter d’affirmer que l’éducation est une priorité. Ils doivent prendre des mesures urgentes et fortes afin de revaloriser partout en Europe le statut de la profession enseignante et des personnels d’éducation. Cela ne peut se faire que si un véritable dialogue social est conduit au niveau de chaque pays tout comme au plan européen.

2 Les autorités nationales et locales ne doivent pas fuir leurs responsabilités lorsqu’il s’agit de financer l’éducation et la formation, du pré-primaire à l’enseignement supérieur. Un enseignement public de qualité avec des enseignants hautement qualifiés constitue une réponse à la crise économique. La qualité des emplois crées dans le secteur de l’éducation et de bonnes conditions de travail sont les meilleurs moyens d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves au sein des établissements scolaires et de favoriser l’équité et la cohésion sociale. Il s’agit là aussi d’un bon moyen de rendre attractive la profession enseignante.

3 C’est la raison pour laquelle les politiques éducatives ne doivent pas être déconnectées des politiques sociales et économiques. L’éducation est de toute évidence un atout pour l’ensemble de la société.

4 Les organisations qui ont participé à ce Forum Syndical réaffirment qu’il y a un besoin croissant d’échange d’informations et de forte solidarité entre syndicats au niveau européen.

5 Elles appellent la Commission et le Conseil Européen avec le Parlement Européen, par l’intermédiaire du CSEE, à ne pas se détourner des défis posés par une éducation publique de qualité mais à soutenir toutes les idées et propositions formulées par les syndicats enseignants pour faire de l’éducation une véritable priorité.

Sofia, le 3 octobre 2009