Réformes et autres actualités

Réforme du lycée

Vers une STG généraliste ?

Dans le cadre de la réforme des lycées la série STG, rénovée récemment et qui actera sa 4ème session d’examen en 2010, n’a pas fait l’objet de déclarations particulières en dehors de la mise en place d’heures d’accompagnement...

Pourtant, on ne peut que s’inquiéter du sort réservé aux enseignements technologiques tertiaires dans les enseignements d’exploration en seconde.

« Explorer les principes fondamentaux de l’économie et gestion » nous éloigne dangereusement de l’approche technologique qui avait fait de l’IGC un enseignement de découverte des différents champs technologiques tertiaires et attractif de par la mise en activités importante des élèves.
Cet abandon technologique en seconde n’est pas sans rappeler une partie des orientations voulues par A.Burlaud, pilote du GEPS chargé de redéfinir les contenus des disciplines techniques de la nouvelle série STG.

Les nouveaux programmes de spécialités se sont construits autour de la « gestion », fil conducteur légitimé, selon A.Burlaud, par la présence de formations de gestion au niveau universitaire et le rôle qu’elle joue dans les contenus du travail irriguant les différents champs, y compris industriels. Selon lui il faut différencier « la formation à la technologie (perspective professionnelle) de la formation par la technologie (perspective académique) ». L’objectif est de s’éloigner de savoirs trop professionnels et privilégier une approche plus généraliste afin de favoriser la réussite dans la poursuite d’études.

Ce schéma exclut donc une 3ème voie, celle-là même qui a fait réussir nombre de nos élèves : Celle du renforcement de l’approche technologique qui passe, en particulier, par une nécessaire réflexion sur les démarches et techniques utilisées. Cela suppose la maîtrise d’un minimum de techniques et d’outils qui ne sont certes pas, dans cette approche, objets d’enseignement mais des vecteurs essentiels d’acquis technologiques. La réduction horaire, les effectifs par classe, rendent très difficile pour les enseignants l’adoption des démarches actives indispensables à l’acquisition des compétences technologiques.

A cela s’ajoute l’harmonisation de l’enseignement général en première quelque soit la spécialité sous couvert de la nécessité d’ un« socle commun aux différentes spécialités de connaissances fondamentales ».

Perte d’un enseignement technologique tertiaire en seconde, contenus plus généralistes sur le cycle terminal avec quasi impossibilité de mener une démarche technologique, socle commun au niveau des disciplines générales, autant d’éléments qui faciliteraient l’intégration de la série dans un tronc commun avec les séries générales. « Techniquement », cela est possible avec le même horaire élève mais avec une réduction des dédoublements.

De quoi exclure encore plus d’élèves en difficulté et ne garder que ceux qui pourront contribuer à l’objectif de Lisbonne de 50% de diplômés du supérieur.

Sylvie Obrero

Autres articles de la rubrique Réformes et autres actualités